Le Garde Fou

Le Garde Fou, ou l’art de mettre la France à l’honneur

Bar le Garde Fou

Que boire ? En voilà une question importante. Où boire ? En voici une autre non-négligeable. Et ce qui est chouette, c’est que ça bouge pas mal à Strasbourg ces derniers temps avec la profusion de nouveaux lieux où la bière artisanale est susceptible d’être mise à l’honneur.  Ce n’est donc pas par le fruit du hasard que l’on a décidé de vous présenter sur nos pages l’un des petits derniers nés de la ville : le bar Le Garde Fou situé au 8 rue du Faubourg National.

Bar le Garde Fou

Bar franchouillard par excellence

Prenant la place du Tapas Toros (RIP),  le Garde Fou est un projet qui a mûri 6 années durant dans les gosiers d’une paire de Julien originaires de Lorraine. Alors ergothérapeute et kinésithérapeute, le duo fût frappé par une remarque hautement philosophique après avoir enchaîné les bières belges dans un bar de Nancy : “nom de Zeus, on va créer un bar avec uniquement des bières françaises” (citation approximative). Car pour eux, c’était quand même dingue de trouver une masse de bières issues du plat pays, et aucune de la brasserie du coin.

Le Garde Fou

 

Les années passèrent, l’amour de Strasbourg frappa un premier Julien qui contamina volontairement son compère, et il fut établi que ce serait dans cette ville que leur idée se devait de germer. Grâce au jeu des rencontres couplé au culot et à l’ennui professionnel, le concept du Garde Fou se concrétisa finalement en 2016. Cela en partie grâce à la participation de Sébastien, patron des très sympathiques bars Le Grincheux et Le Grognon qui se démarquaient déjà par leurs magnifiques sélections de bières internationales issues de la mouvance “craft” (ou “artisanale” en VF et pour faire simple).

Le Garde Fou

Vous l’aurez compris, le concept du Garde Fou repose donc sur le made in France only, musique d’ambiance comprise. C’est ainsi que sont proposées à la pression pas moins de 14 bières artisanales françaises, à l’exception de la bière d’appel qui est la Météor Pils (donc française mais pas artisanale). En sus, vous trouverez 4 stations de remplissage de cruchons de 2L (ou “growlers” en VO) ou de bouteilles en PET, ainsi qu’une sélection de bières à la bouteille.

Le Garde Fou

Les p’tits gars ont réussi à faire fort dès la première semaine d’ouverture avec de gros noms nationaux tels que Piggy Brewing Company (Nancy), la Brasserie de l’Être (Paris), Sulauze (Miramas), Pleine Lune (Chabeuil) ou encore La Débauche (Angoulême) avec l’un des 10 fûts produits de leur fameuse bière Amorena. Il va de soit que l’archi-local fait également acte de présence avec les brasseries Bendorf, Perle, Sainte-Cru ou encore Saint-Louis (que l’on vous invite à découvrir sur notre site).

Le Garde Fou

Niveau boissons alcoolisées, vous y trouvez également une grosse sélection de vins de qualité, chose qui ne faisait pas partie des plans initiaux. En effet, les 2 Julien ne maîtrisant pas particulièrement le sujet, c’est le boss du Grincheux qui a insufflé cette idée de par ses connaissances. Et grand bien lui en a pris car les résultats sont là. Voilà qui est plutôt logique puisque le Garde Fou propose également de la petite et grosse restauration (nous y reviendrons plus loin), ce qui motive la clientèle à troquer les chopes contre des ballons. Petite parenthèse : la bière se marie aussi très bien avec les plats, alors ne sous-estimez pas cette alliance qui offre également de très bons résultats gustatifs !

T’as le look coco(tte) !

Le Garde Fou

Côté déco, Le Garde Fou a mis le paquet. Du bois massif en veux-tu en voilà, de la pierre, des tuyaux apparents, un bon gros canap’ en cuir qui ne demande qu’à accueillir vos fessiers, des tableaux divers et variés, etc… On peut dire que c’est un mélange de vintage et de moderne pour le moins efficace et tout à fait tendance.  Du haut de ses 80 places assises, le bar nous offre ainsi un cadre propre, stylé et très agréable qui peut aisément faire office de “home sweet home” par procuration après les cours ou le boulot.

Le Garde Fou

Mais ce n’est pas tout, car le bar réserve une « masterpiece » comme on le dit  si bien aux USA. Non il ne s’agit pas de la petite terrasse extérieure (une douzaine de places). Aucunement de la rutilante motobécane d’après-guerre trônant fièrement sous l’évier des toilettes. Ni des très chouettes fresques géantes recouvrants les murs (Super Dupont représente !). Non, cette pièce d’exception se trouve dans son incroyable sous-sol où réside… une véritable piste de pétanque !

Le Garde Fou

Oui oui, avec du gravier et tout le toutim! Ajoutez à cela une reproduction de vieille camionnette Citroën,  de gros tonneaux de vin faisant offices de tables, des pierres de taille ou encore des voûtes d’époque, et vous obtenez un lieu pour le moins uniqueaumonde.com. On pourrait juste regretter que les 3 jeux de boules fournis par le bar soient absolument identiques, ce qui rend difficile l’identification de quoi appartient à qui. On chipote, mais c’est le genre de détail qui peut engendrer des morts suite à de potentielles tentatives d’esbrouffe… En tout cas , n’hésitez pas à réserver votre créneau une fois entrés dans le bar car la demande est forte.

À boire et à manger

Le Garde Fou n’est pas qu’une ode aux liquides puisque l’on y trouve aussi du solide grâce à la présence d’une petite cuisine (visible) affublée d’un cuistot qui sait y faire. En effet, le bonhomme a œuvré au restaurant La Hache pendant deux saisons après avoir enchaîné dans plusieurs hôtels bien cotés. À terme, le gaillard sera accompagné par un second larron afin de proposer des plats durant une plage horaire plus large qu’actuellement. C’est que les mets proposés demandent beaucoup de préparation, voyez-vous.

Le Garde Fou

Il est ainsi possible de se la jouer soft avec des planchettes, dont l’une a la particularité d’être composée de poisson histoire de changer du sempiternel (mais néanmoins efficace) duo fromage/charcut’. Quel que soit votre choix, vous y trouverez des éléments faits-maison tels que des rillettes ou autre saumon gravlax.

Pour ceux qui auraient un trou noir à la place de l’estomac, il est également possible d’y caler de vrais plats pas piqués des hannetons. Là encore le classique burger accompagne du plus alambiqué, comme le dos de cabillaud sauce bordelaise avec mousse de choux-fleur et oignons frits (tout du moins lors de l’ouverture). Bonne nouvelle pour les végétariens : vous n’êtes pas condamnés à regarder vos camarades jouer les Gargantua puisque la carte propose quelques plats dédiés comme des lasagnes aux légumes confits du tonnerre. Bref, tout est goûtu, bien préparé, et donne envie d’y revenir régulièrement.

Le Garde Fou

Tout comme la carte des bières, la mangeaille est amenée à régulièrement faire le tour des régions de France, ce qui est une très bonne chose pour nous, et plus compliqué que ça en a l’air à mettre en place pour les gérants du bar. Car oui camarades,  sans vouloir jouer la carte du chauvinisme, la France est un pays riche en bons produits méconnus qui ne demandent qu’à être découverts et appréciés par les goulus que nous sommes. Dans cette optique, nous pouvons donc remercier le trio du Garde Fou de se donner autant de mal à nous faire du bien avec les délices issus de notre cher et tendre hexagone.

Le Garde Fou

Informations pratiques

Bar Le Garde Fou
8 rue du Faubourg National
67000 Strasbourg
Horaires d’ouverture (susceptibles de changement) : du lundi au samedi, de 16h30 à 1h30. Fermé le dimanche.
Facebook : https://www.facebook.com/LeGardeFouStrasbourg/

Laisser un commentaire