Syndicat National des Brasseurs Indépendants

Le Syndicat National des Brasseurs Indépendants attire les microbrasseurs alsaciens, quels sont les enjeux ?

Le Syndicat National des Brasseurs Indépendants

Créer sa propre microbrasserie quand on aime la bière, c’est vachement bien. C’est la galère, mais c’est vachement bien quand même. Or, vous ne le savez peut-être pas, mais le temps de “brassage” ne représente qu’une petite partie de la profession. Car derrière cet aspect “sympa” du métier se cache également le conditionnement, la livraison, le démarchage commercial, les tonnes de paperasse à scribouiller, etc.  De fait, en tant que petit artisan qui sue comme un cochon à vivre de sa passion, il est important de recevoir son quota d’amour, ou au moins de se sentir un minimum soutenu. Un peu d’aide va peut-être venir du Syndicat National des Brasseurs Indépendants.

Syndicat National des Brasseurs Indépendants

C’est dans cette optique romancée que 6 brasseries alsaciennes ont récemment décidé de rejoindre le Syndicat National des Brasseurs Indépendants (site web) au détriment de l’habituelle association des Brasseurs de France. Point d’idéologie communisto-franco-maçonique, car la démarche ne fait que refléter un élan national prenant de l’ampleur, compte tenu du contexte brassicole franchouillard qui anime le pays depuis une petite poignée d’années maintenant.

Le David énervé VS le Goliath bedonnant

Afin de bien comprendre les enjeux d’un tel schmilblick, un brin d’explications s’impose.

Historiquement, les brasseries françaises pouvaient compter sur Brasseurs de France pour promouvoir et soutenir le marché de la bière dans l’hexagone. Cette entité, fondée en 1880, a deux missions principales comme le stipule son site officiel :

  • La défense des intérêts communs de la Brasserie, gérée par un syndicat professionnel (Association des Brasseurs de France) ;
  • La valorisation collective de la bière et de la profession gérée par un groupement d’intérêt économique, la Société de Promotion de la Bière française (SPBF).

Brasseurs de France - Syndicat National des Brasseurs Indépendants

Voilà qui est bien aimable de leur part. Mais là où ça bloque, c’est lorsque l’on a la curiosité de scruter la composition de son directoire :

  • Kronenbourg
  • Heineken France
  • AB InBev France
  • Brasserie Licorne (propriété de l’allemand Karlsbrau)
  • Brasserie Meteor
  • Les Brasseurs de Gayant
  • Brasserie Duyck, représentant des brasseries de < 200.000 hl
  • Brasserie Rabourdin, représentant des brasseries de < 20 000 hl

Autrement dit, il s’agit d’une association très majoritairement dirigée par des groupes industriels, eux-mêmes dirigés par des gens qui n’ont probablement jamais brassé de leurs vies.

Avec un marché de la bière artisanale qui ne cesse de grappiller davantage de parts du gâteau d’année en année, les gros se sont mis à grincer des dents, et les petits à demander davantage de poids dans la balance, mais aussi un minimum de considération. Car bien que leurs volumes de ventes ne représentent “que” 5% dans le pays, elles sont désormais plus de 1000 entités à s’y être implantées alors que l’on en comptait à peine une trentaine en 1980 après une déchéance de l’industrie brassicole amorcée durant les années 60.

Fort logiquement, les petites structures réclament (entre autres) une meilleure représentation, tandis que les industriels comptent bien conserver leur mainmise organisationnelle, y compris le n°1 mondial AB InBev qui ne dispose même pas de la moindre unité de production en France. Un comble. À partir de là, les « clashs » ne pouvaient que se multiplier, surtout quand on se fait traiter de brasseurs de salle de bain ou que certaines démarches ne favorisent que les gros, notamment lors des concours qui permettent ensuite d’accoler d’élogieux macarons sur les bouteilles.

Et c’est ainsi que naquit en avril 2016, le poing levé, le Syndicat National des Brasseurs Indépendants (ou SNBI pour les feignasses de la bouche) à l’initiative d’une petite poignée de microbrasseurs particulièrement mécontents.

Syndicat National des Brasseurs Indépendants
La Bièrerie – Cave à bière à Illkirch

Bien que Brasseurs de France dispose d’un représentant des structures brassant moins de 20 000 hectolitres par an, le groupuscule rebelle du Syndicat National des Brasseurs Indépendants se veut comme étant l’ambassadeur légitime et adapté aux convictions des microbrasseries indépendantes. Leurs missions se veulent ainsi être bien plus en phase avec ce qui se pratique à leur échelle, ou tout simplement respectable de l’artisanat en tant qu’alternative saine à l’industrie de masse :

  • Le Syndicat National des Brasseurs Indépendants a la vocation d’être le syndicat représentatif des brasseries artisanales et indépendantes, car nous ne pourrons accepter que des multinationales décident de notre propre avenir.
  • Nous souhaitons que l’accès à la profession ne soit pas restreint par les industriels à coup de « référentiel de formation », de « normes sanitaires » et ou contrôle des « bonnes pratiques », comme ils viennent de l’annoncer.
  • Nous souhaitons au contraire libérer les énergies et créer les conditions favorables au développement de nos brasseries, à la créativité et à l’innovation, valeurs qui plaisent tant à nos consommateurs.
  • Cela passera notamment par la mise en place d’un label différenciant de manière positive nos bières, le développement de l’offre de formation, la création d’un réseau d’entraide technique, des services de veille réglementaire et juridique…Notre syndicat est dans une logique positive et respectueuse de tous, mais nous serons  fermes en ce qui concerne la défense des intérêts spécifiques des brasseurs indépendants français. Notre syndicat sera ouvert à la discussion avec tous ceux qui souhaitent avancer de manière positive dans le respect de l’intérêt général.Notre syndicat est maintenant une réalité… qu’on se le dise.

Afin de prêcher la bonne parole et que tous les adhérents puissent être entendus, le SNBI dispose de plusieurs délégués éparpillés dans les différentes régions de la France. Voilà qui devrait permettre d’être constructif face aux réalités et aux besoins de la profession.

A titre de comparaison, lorsque l’on sort le boulier du placard et que l’on reluque les sites internet des 2 intéressés, nous obtenons un total de 93 membres pour Brasseurs de France, contre déjà 231 pour le SNBI en à peine un an d’existence (et au moment où j’écris ces lignes). Voilà qui semble convaincre de la légitimité de l’existence d’une telle entité.

Voiture publicitaire bière vintage

Et les frondeurs elsassiens sont…

En ce qui concerne notre fière Alsace, les premières brasseries à se lancer dans l’aventure SNBI sont :

Ok, c’est bien mignon, mais concrètement, qu’est-ce qui va changer pour eux maintenant qu’ils ont rejoint le syndic’ ?

Bien que l’on soit tenté d’interpréter l’opposition des 2 camps tel un combat entre le Bien et les Forces du Mal, il ne faut pas oublier que rien n’oblige les brasseurs à soutenir l’un d’entre eux. De même, le SNBI ne représente pas forcément le noble Chevalier Blanc absolu comme nous le fait comprendre Vivien Remond, fondateur anticonformiste de la brasserie Sainte-Cru située à Colmar : “Franchement je ne sais pas quoi attendre du SNBI. Je n’étais pas aux Brasseurs de France, mais je me suis dis qu’il fallait bien cotiser dans un truc et donc j’ai choisi cette asso. Je pense y rester 3/4 ans. S’il ne font pas bouger des trucs, je me tire.”.  Bim !

Pour l’heure, le SNBI est parvenu à remporter 2 petites batailles en faisant modifier la notion de “Made in France”  lors du Concours Général Agricole, et en empêchant la brasserie Mira située dans le bassin d’Arcachon de poursuivre ses magouilles marketing. De son côté, Vivien espère quelque chose d’un peu plus concret vis à vis de son quotidien : “La seule revendication que j’aurais serait d’aligner les accises sur le vin car je trouve cette taxe très inégalitaire.” Car oui, il faut savoir que les brasseurs payent 3 fois plus de taxes sur l’alcool que les vignerons.

Nouveau venu sur la scène brassicole alsacienne il y a moins d’un an, Erwin Sohn de la Brasserie 3 Mâts à Strasbourg, se montre quant à lui plutôt enthousiaste : “Oui, je pense que j’y adhérerais prochainement. C’est l’esprit d’échange qui me plait, le fait d’avoir plusieurs retours d’expériences, de discuter bières et process avec les adhérents. Et également de faire valoir nos droits et d’avoir une voix plus forte face aux grosses brasseries qui ont du poids sur certaines législations… Mais avant tout faire partie d’un réseau de brasseurs un peu comme au Québec ou cette mentalité y est très développée”.

Pour Agathe et Olivier Blaise de la brasserie La Narcose à Scharrachbergheim, ce ralliement peut faire office d’acte militant. D’une part, pour soutenir le milieu de la microbrasserie : “le SNBI s’est créé dans le but de défendre les brasseries artisanales indépendantes auprès des pouvoirs publics, et promouvoir les différentes valeurs de la bière ARTISANALE. Le mot ARTISANALE, pour nous, représente beaucoup : il reflète la qualité du produit façonné avec des matières premières saines et de qualité, la recherche du goût, une entreprise à taille humaine, et le travail de ses mains. Or, pour que le SNBI puisse avoir du poids et de la crédibilité, malgré les nombreuses valeurs qu’il reflète, il faut qu’un maximum de brasseries artisanales le rejoignent. C’est pourquoi nous avons décidé d’adhérer au SNBI.

Et d’autre part, pour lutter contre les géants qui sont bien motivés à leur mettre des bâtons dans les roues, forts de leur positions dominantes et de leurs relations hautes placées, en imposant des procédures bien trop coûteuses pour les petites structures : “on attend que le Syndicat National des Brasseurs Indépendants (SNBI) défende les brasseries Artisanales indépendantes auprès des autorités publiques et face aux pressions des grands groupes industriels qui veulent imposer de nouvelles normes et accès au métier afin de déstabiliser les petites brasseries.”

Certes, les normes peuvent se révéler être importantes voire essentielles (surtout lorsqu’il s’agit de sécurité), et les formations nécessaires dans certains domaines (la santé, les transports, etc.), mais d’autres mériteraient davantage d’ouverture pour que la créativité puisse s’exprimer face à une industrie tristement aseptisée : “nous sommes directement liés à cette problématique. Nous ne sommes jamais passés par des organismes de formation pour apprendre le métier. Nous avons appris beaucoup de choses sur le tas en tant que brasseurs amateurs après un stage d’une journée chez Julien de la Grenaille, avant de nous lancer. De plus avec la brasserie, on est parti de zéro sans faire de prêt, en brassant dans un garage et on a fait évoluer notre matériel petit à petit. Donc si les grandes brasseries industrielles avait déjà mis en place, comme elles souhaitent le faire actuellement, leurs nombreuses normes et conditions d’accessibilité au métier, nous n’aurions jamais pu exister.”

Bref, les attentes et les enjeux sont sacrément importants pour les microbrasseurs,  et on ne peut que souhaiter au SNBI de parvenir à peser dans la balance pour le bien de nos amis les artisans passionnés.

La guerre des clans ?

Vous l’aurez compris, bien que l’intérêt commun du Syndicat National des Brasseurs Indépendants et de Brasseurs de France soit de favoriser le milieu de la bière, chacun souhaite le faire de la façon qui le dessert le mieux selon la catégorie dans laquelle il se situe, chose qui est tout à fait compréhensible après tout.

C’est aussi probablement pour cette raison que certaines brasseries ont préféré s’orienter vers des syndicats locaux et régionaux avant que le Syndicat National des Brasseurs Indépendants ne voit le jour, tels que Les Brasseurs d’Alsace en ce qui concerne notre coin de France. On y trouve à sa tête Eric Trossat, fondateur de la Brasserie Uberach, qui a récemment succédé à Michel Haag, président de Météor. Bon… Pour le coup il faut tout de même souligner que Les Brasseurs d’Alsace sont affiliés à Brasseurs de France, et que certains de ses membres n’ont pas de quoi mettre des étoiles dans les yeux des microbrasseurs :

Oui, certaines entités jouent sur plusieurs tableaux.

Bref, comme bien souvent avec le domaine des syndicats, c’est un sacré foutoir dans lequel certaines personnes ne souhaitent pas trop se mouiller et préfèrent se limiter à un “tout ça c’est bien trop politique pour moi” quand on les interroge sur le sujet. Comme le dirait si bien Karadoc :

"C'est pas faux"

Laisser un commentaire